robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Histoire > Histoire

Histoire

L’histoire est un paysage complexe issu de la géographie et de la culture.
Sergio González Rodríguez in "Des os dans le désert", p. 59.

Articles de cette rubrique


L’alambic dans la cuisine ? (Histoire)

par Nicolas Thomas
dimanche 25 octobre 2009 par Pierre

Avec l’alchimie, la distillation a été introduite en Occident au milieu du XIIe siècle. Conventionnellement, on date cette apparition de 1144 avec la traduction par Robert de Castre du Morienus, un texte alchimique arabe. Déjà au Moyen Âge, distiller c’est séparer, même si l’étymologie du mot renvoie à un écoulement goutte à goutte du distillat. Si on distille de multiples produits dans le cadre du laboratoire alchimique ou de différents artisanats, les distillations de l’eau de rose, pratique directement importée des arabes, et de boissons fermentées en vue d’extraire la fraction alcoolique tinrent une place importante dés le XIIIe siècle. L’alcool est d’abord utilisé à des fins médicales, comme antiseptique mais également comme remède. On peut aisément imaginer la forte charge symbolique que pouvait représenter une « eau qui brûle » (aqua ardens). L’eau de rose, quant à elle était surtout utilisée dans les préparations culinaires, mais aussi pour la toilette des femmes. La confrontation des données archéologiques et des textes, notamment des inventaires après décès, semble révéler la pratique de distillation familiale. L’alambic ne se trouve pas toujours dans les milieux monastiques, les cours princières ou les caves d’alchimistes. C’est une technique qui peu à peu devînt courante du moins dans les milieux les plus aisés de la population ou dans des contextes ruraux particuliers comme chez les viticulteurs.



Un réseau de renseignement antinazi au service de la République espagnole (1936-1939) (Histoire contemporaine)

par Jean-François Berdah
dimanche 26 avril 2009 par Pierre

Face à l’abandon dont elle était victime de la part des grandes démocraties, la République espagnole s’adressa à la “république-sœur” qu’était alors la Tchécoslovaquie dans le but d’obtenir les armes nécessaires à sa défense. Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle était aussi désireuse de démontrer la réalité de l’agression italo-allemande aux yeux de l’opinion internationale. C’est dans ce but que la Légation espagnole, dirigée par Luis Jiménez de Asúa, entra en relation avec le réseau d’information antinazi Neu Beginnen installé à Prague afin de monter, grâce à son aide un service de renseignement républicain très actif. Ce dernier fournira des centaines de rapports détaillés sur l’intervention nazie jusqu’à la fin de l’année 1938



Aux sources de l’idée d’union européenne (Histoire)

par Martin Nejedly, Olivier Marin, Eloise Adde, Emilie Volz, Matous Turek & Jaroslav Svatek
dimanche 26 avril 2009 par Pierre

Dans les années 1463-1464, le roi de Bohême (1458-1471) Georges de Poděbrady et son conseiller français Antoine Marini lancent le projet d’une union des Etats européens, indépendante à la fois de l’Empire et du pape et le présentent aux cours européennes au premier rang desquelles, celle du roi de France Louis XI. Ce projet était dicté par la fragile position du roi utraquiste dont le règne s’appuyait à l’intérieur comme à l’extérieur sur les accords de tolérance envers la religion utraquiste obtenus au concile de Bâle (1436 – compactats) mais non reconnus par le pape. L’analyse détaillée de ce projet révèle une institution très finement définie (cours de justice, monnaie commune, etc.), contraignante pour ses membres et dont l’objet principal était le maintien de la paix. Le recueil présente en outre une analyse des pratiques linguistiques dans la diplomatie de cette fin du Moyen Age et un ouvrage éditant en français les sources relatives à l’ambassade de Georges de Podebrady qui présenta le projet d’union à Louis XI.



Naissance de la bonne conscience coloniale (Histoire)

Par Jennifer Pitts, Traduction de Michel Cordillot
dimanche 19 avril 2009 par anik

Quels arguments ont pu justifier la domination coloniale des nations européennes sur le monde ? Par quel processus les idéaux des Lumières prônant l’égalité fondamentale de tous les êtres humains ont-ils été retournés pour cautionner l’asservissement de peuples entiers au XIXe siècle ? Comment certains penseurs libéraux, si virulents à l’égard du despotisme en Europe, ont-ils pu prôner, sans l’ombre d’un remords, la conquête des Amériques, de l’Inde, de la Chine puis de l’Afrique par les nations occidentales ?



La Résistance française face à l’hypothèque Vichy (Histoire contemporaine)

par Denis Peschanski & Laurent Douzou
dimanche 8 mars 2009 par Pierre

Au début des années 1990, D. Peschanski propose d’appeler "vichysto-résistants" ces hommes et ces femmes qui ont été d’authentiques résistants tout en défendant les valeurs de l’Etat français, celles de la Révolution nationale. Avec Laurent Douzou, il revient ici sur un phénomène dont on ne mesurait pas l’ampleur jusque-là. Ils montrent ses composantes institutionnelles et idéologiques, mais concluent que sans être un obstacle absolu Vichy représenta à l’évidence une hypothèque, dans la mesure où l’association entre Révolution nationale et collaboration était au fondement de l’Etat français.



L’internement des femmes dans la France des années noires (Histoire contemporaine)

par Denis Peschanski
dimanche 1er mars 2009 par Pierre

L’internement administratif a été un phénomène massif en France entre 1939 et 1946. Instrument de systèmes démocratiques avant la défaite et après la Libération, mais également de l’Etat français (Vichy) et des autorités allemandes d’occupation, il a touché quelque 600 000 personnes. Il s’agit de s’interroger sur la place des femmes dans ce système internemental. Par comparaison avec la situation des prisons en France en temps de paix, on constatera que jamais les femmes ne subirent aussi massivement une politique de contrôle ou d’exclusion que dans la France des années noires.



Le prince et le moine (roman) (Histoire)

lundi 29 septembre 2008 par Pierre

Au Xe siècle, alors que le Saint Empire et les Eglises romaine et orientale rivalisent en Europe centrale, les Magyars s’installent dans les Carpates. Ils étaient dirigés conjointement par le Gyula, chef temporel et le Künde, chef spirituel, jusqu’à l’assassinat de ce dernier. Mais un bénédictin de Saint-Gall, chargé de proposer une alliance entre le Gyula et le Pape, s’introduit chez les Magyars.



Le roi transparent (roman) (Histoire)

lundi 29 septembre 2008 par Pierre

Lorsque pour échapper au viol et à la mort la jeune Léola revêt l’armure d’un chevalier tué, elle ne sait pas qu’elle va dorénavant devoir vivre comme un homme et apprendre à se battre. Nynève la rousse, la guérisseuse, la sorcière, devient son guide et l’aide à grandir et à faire sa route de femme indépendante dans ce Moyen Âge réel et fantasmé qui permet au talent de conteuse de Rosa Montero de nous montrer, en l’espace d’une vie, un siècle qui marque l’ouverture du Moyen Âge vers la Renaissance. Léola va apprendre à penser et à écrire, fréquenter la cour d’Aliénor d’Aquitaine, voir la corruption de l’Église et le fanatisme de l’Inquisition, admirer la lutte des Cathares, découvrir les pouvoirs de l’imagination et rêver du roi Arthur tout en évitant soigneusement la malédiction du Roi Transparent.



Eric Hobsbawm - "L’histoire depuis 1945" (Histoire contemporaine)

samedi 13 septembre 2008 par Pierre

Une conférence d’Eric Hobsbawm à l’Université de tous les savoirs sur "L’histoire depuis 1945".

Impossible de comprendre l’histoire depuis 1945, et surtout la guerre froide qui domine la politique mondiale, sans tenir compte de la crise profonde qui, entre 1914 et 1945, avait bouleversé les structures de l’Europe du XIXe siècle (mais aussi le capitalisme global), et qui se prolonge après 1945 par la désintégration de ses empires. Dans la guerre froide il ne s’agit plus de survie des systèmes politiques et économiques en crise, mais d’un affrontement global de deux superpuissances militaires et idéologiques, bientôt stabilisé, sauf dans le Tiers Monde où il n’y a pas d’enthousiasme pour le capitalisme à l’occidentale, trop lié aux impérialistes. Au contraire, la guerre froide rend de plus en plus visible la fragilité des bases des systèmes socialistes, dont la majorité, privée de l’affrontement, s’effondre. Au demeurant le Monde depuis 1945 se transforme par une révolution mondiale (globalisée), économique, sociale et finalement culturelle, de loin plus puissante que celle rêvée ou redoutée par les combattants des guerres de religions laïques du XXe siècle : celle portée par le rythme accru, explosif, de la croissance productive, qui commence à se dessiner dans les années 1950 et qui continue.



Mona Chollet - Rêves de droite 3/3 (Histoire contemporaine)

lundi 25 août 2008 par Pierre

Interview de la journaliste Mona Chollet à propos des on livre "Rêves de droite - Défaire l’imaginaire sarkozyste". Cette troisième partie s’intitule "Repenser un imaginaire de gauche...". 3’40’’



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 591003

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Histoire   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License