robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Politiques, philosophiques et syndicales > Fascismes > Fascismes

Fascismes

Cette rubrique présente des bouquins pouvant éclairer de manière historique sur la thématique des totalitarismes d’extrême-droite autour de la planète.

Articles de cette rubrique


Quel antifascisme aujourd’hui ? (Fascismes)

Texte de la CGA-Lyon
jeudi 31 mars 2011 par anik

A l’heure où, entre les violences fascistes dans les rues et la recrudescence du FN dans les médias, la lutte contre le fascisme est toujours plus présente dans les préoccupations militantes, petite réflexion sur la situation actuelle et sur les moyens de lutter.



La fonction productrice de l’histoire dans le renouvellement du fascisme à partir des années 1960 (Fascismes)

par Nicolas Lebourg
dimanche 16 mai 2010 par Pierre

Le fascisme est par définition adogmatique, mais son échec historique et moral a grevé ses capacités de reformulation dans la société postmoderne. Pour se défaire du poids de l’histoire factuelle, les néo-fascistes ont cherché à se légitimer par l’usage de l’histoire des idées. S’affirmant ainsi sans rapport avec l’image sociale du fascisme, ils ont pu se défaire de traits non essentiels de leurs pratiques et idées (structuration verticale, chauvinisme, etc.). Leur maniement de l’histoire les a certes transformé, mais il aboutit également à renouveler la vision historique de ce qu’est le phénomène fasciste.



La fin de l’Etat de droit : La lutte antiterroriste, de l’état d’exception à la dictature (Fascismes)

de Jean-Claude Paye
samedi 15 novembre 2008 par anik

Les attentats du 11 septembre 2001 ont été l’occasion d’un bouleversement du droit aux Etats-Unis et en Europe. Patriot Act, décision-cadre européenne et autres lois de sécurité intérieure s’attaquent aux libertés fondamentales associées à l’Etat de droit. Généralisant les procédures d’exception, neutralisant les garanties constitutionnelles, elles organisent une surveillance globale des populations. La définition qu’elles donnent de l’acte terroriste laisse la place à toutes les interprétations, permettant de criminaliser les mouvements de contestation, en particulier altermondialistes. Le livre de Jean-Claude Paye, sociologue, fait un bilan détaillé de cette mutation du droit et tente de dégager les logiques qui y sont à l’œuvre. Il met en évidence un véritable changement de régime politique, l’état d’exception permanent se substituant à l’Etat de droit. Et, éclairant le rôle moteur des Etats-Unis dans ce processus, il montre comment, en réorganisant à leur profit les relations internationales, ils mettent en place une structure impériale où la suspension du droit acquiert un caractère constituant.



Psychologie de masse du fascisme (Fascismes)

vendredi 26 septembre 2008 par Pierre

Rédigé entre 1930 et 1933, pendant les terribles années de crise en Allemagne, ce classique de Wilhelm Reich (1897-1957) demeure une contribution capitale à la compréhension du fascisme. Refusant d’y voir l’idéologie ou l’action d’un individu isolé, rejetant de même l’explication purement socio-économique avancée par les marxistes, Reich considère le fascisme comme l’expression de la structure caractérielle irrationnelle de l’individu moyen, dont les besoins et les pulsions primaires, biologiques, ont été réprimées depuis des millénaires. Aussi, toute forme de mysticisme organisé, dont le fascisme, s’explique-t-elle par le désir orgastique insatisfait des masses.



Le fascisme américain (Fascismes)

vendredi 26 septembre 2008 par Pierre

Un « fascisme » américain ? L’expression peut surprendre, tant le terme de « fascisme » est le plus souvent associé à l’Italie mussolinienne.



Un fascisme anglais 1932-1940 - L’aventure politique de Diana et Oswald Mosley (Fascismes)

lundi 22 septembre 2008 par Pierre

C’est le curieux mélange de gravité historique et de chronique people qui surprend dans l’ouvrage que Jan Dalley consacre à ce couple scandaleux, Diana (1910) et Oswald Mosley (1896-1980). Issue d’une famille de la gentry apparentée aux Churchill, Diana Mitford était la petite-fille de Bertie Redesdale, préfacier des oeuvres racistes de Houston Stewart Chamberlain. "Petite blonde à la peau de porcelaine et aux yeux bleu vif" (plus tard, Hitler verra en elle le modèle de la femme aryenne), elle épousa Bryan Guinness, héritier des célèbres brasseries. Emportée par "le tourbillon des mondanités", elle fit la connaissance d’un jeune dandy, dont la devise était : "Votez travailliste, couchez conservateur !". Passé du parti tory à la gauche du Labour, Mosley évoluait vers une critique toujours plus radicale des institutions parlementaires, si bien qu’en succombant à ce "Don Juan notoire" Diana rejoignit le camp d’un démagogue qui s’apprêtait à créer l’Union fasciste britannique (1932). On se gaussa d’abord de ce "Führer en herbe" qui fustigeait en public "parasites" et "décadents"... avant de s’envoler pour Venise et les soirées du Lido ... Mais on s’aperçut bientôt qu’il était tout sauf un fasciste d’opérette.



Naissance du fascisme (Fascismes)

lundi 22 septembre 2008 par Pierre

Publié en 1938 sous le pseudonyme de A.Rossi, et plusieurs fois réédité depuis, Naissance du fascisme analyse, avec une rare lucidité, l’apparition et le développement, en Italie, du phénomène historique le plus important de la première moitié du siècle. Mis au pilon pendant la guerre sur l’ordre des Allemands, cet ouvrage, dont la portée dépasse de beaucoup le cadre chronologique et géographique volontairement limité, reste encore, comme le souligne Ignazio Silone dans sa préface, "le meilleur, c’est-à-dire le plus vivant, le plus véridique, le plus instructif de tous ceux qu’on a publiés jusqu’à présent".



Qu’est-ce que le fascisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation (Fascismes)

lundi 22 septembre 2008 par Pierre

Mussolini et le parti fasciste conquirent le pouvoir le 28 octobre 1922. Depuis lors, les historiens n’ont cessé de disputer de questions concernant la nature du fascisme et son sens dans l’histoire contemporaine : fut-il un mouvement autonome ou l’instrument d’autres forces ? Eut-il une idéologie et une culture ? Fut-il moderne ou antimoderne, révolutionnaire ou réactionnaire, autoritaire ou totalitaire ? Fut-il spécifiquement italien ou international ? Faut-il parler de « fascisme », c’est-à-dire d’un phénomène unique avec de nombreuses variantes, telles les branches d’un même arbre, ou au contraire de « fascismes », comme autant d’arbres différents partageant des caractéristiques communes ? À partir d’une réflexion - articulée notamment autour de l’idéologie, de l’économie, de la culture de l’« homme nouveau », du rôle du parti, de l’État et du mythe de Mussolini, ou bien encore de la religion politique -, Emilio Gentile, spécialiste mondialement reconnu du fascisme, cette « voie italienne du totalitarisme », retrace ici les faits et interprétations indissolublement constitutifs d’un phénomène international tel qu’il a été historiquement : politique, moderne, nationaliste, révolutionnaire, totalitaire, raciste et impérialiste, décidé à détruire la civilisation démocratique et libérale et se posant en alternative radicale aux principes de liberté et d’égalité réalisés par la révolution des droits de l’homme et du citoyen.



Le fascisme vu de droite, suivi de Notes sur le Troisième Reich (Fascismes)

lundi 22 septembre 2008 par Pierre

Dans cet essai, le contenu doctrinal du fascisme italien est étudié du point de vue d’une Droite authentique, traditionaliste et contre-révolutionnaire, loin des idéalisations et de la " mythologisation " propres aux nostalgiques, mais sans aucune concession au dénigrement systématique du conformisme antifasciste.

L’auteur juge le fascisme italien à la lumière des principes de la "grande tradition politique européenne", telle qu’elle exista avant la Révolution française et l’apparition des idéologies. En cela, Le Fascisme vu de droite est un cas unique et original au sein de l’historiographie contemporaine. Les Notes sur le Troisième Reich, qui forment la deuxième partie de l’ouvrage, appliquent la même grille de lecture au national-socialisme.

Sur des points comme les institutions nazies, la politique du régime hitlérien à l’égard de la paysannerie, l’antichristianisme des nationaux-socialistes et leur " révolution culturelle ", Julius Evola, qui fut le témoin privilégié de certaines initiatives du Troisième Reich, apporte une information de première main.



L’Armée de l’empereur (Fascismes)

lundi 22 septembre 2008 par Pierre

Massacres en masse de prisonniers de guerre, notamment à Nankin ; asservissement de millions d’Asiatiques et d’Occidentaux, entre camps de la faim et chantiers de la mort ; atmosphère de terreur à l’échelle d’un quasi-continent ; débauche de crimes sexuels et prostitution forcée ; utilisation de cobayes humains ; pillage généralisé ; intoxication par la drogue de populations entières. Cela dura huit ans et toucha 400 millions d’hommes. Ce terrifiant volet de la Seconde Guerre mondiale en Asie n’avait jamais fait l’objet jusqu’à présent d’une étude approfondie et globale. Les pratiques de guerre de l’armée de l’Empereur du Japon sont minutieusement décrites afin d’en comprendre les mécanismes. Comment en arriva-t-on là ? Les explications, trop simples, par la culture ou le contexte, ne tiennent pas. C’est la conquête d’une armée par l’ultranationalisme, puis la conquête d’un pays par son armée qui sont en cause. Au-delà, c’est l’ère du fascisme, des totalitarismes, du triomphe de la brutalité qui trouva au Japon un formidable point d’appui. Ces horreurs des années 1940 restent encore au coeur des mémoires des années 2000. Le Japon s’est-il assez repenti ? La Chine est-elle fondée à s’offusquer des manuels scolaires de son voisin ? Et qu’en pensent les autres Asiatiques, dont l’attitude à l’égard de l’occupant nippon fut loin d’être unanime ?



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 599439

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales  Suivre la vie du site Fascismes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License