robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Sociologiques > Féminisme, genre, sexualités > Féminisme, genre, sexualités

Féminisme, genre, sexualités

Articles de cette rubrique


Les ouvrières : pratiques et représentations (des années 1968 au très contemporain) (Féminisme, genre, sexualités )

par Fanny Gallot
lundi 7 janvier 2013 par Pierre

Cette thèse porte sur les ouvrières en France des années 1968 au très contemporain. Elle s’appuie principalement sur deux entreprises, Chantelle et Moulinex, et leurs usines de Saint-Herblain (Loire Atlantique) et Alençon (Basse Normandie), respectivement. Elle s’intéresse à la formation d’une génération d’ouvrières, la génération 1968. Celles-ci, embauchées au début des années 1970, traversent ensemble la séquence historique de l’" insubordination ouvrière ", puis vieillissent ensemble avant de se trouver licenciées dans les années 1990 ou 2000. La formation de cette génération s’inscrit dans un contexte de bouleversement de l’organisation de la production et de diffusion des féminismes à l’usine, qui affectent la division sexuée du travail - salarié et domestique. En réponse, les gouvernements successifs et le patronat développent les discours paradoxaux de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle d’une part et de l’égalité professionnelle de l’autre. L’étude des pratiques des ouvrières à l’usine vise à montrer si, et comment, les ouvrières parviennent à prendre la parole dans les sphères publique et privée, et dans quelle mesure, pour ce faire, elles déploient une agency particulière qui rend possible des reconfigurations dans les normes de classe et de genre. Tandis que les grèves, les pratiques quotidiennes communes et l’émergence de syndicalistes à l’usine favorisent la formation des figures des filles de Chantelle et des ouvrières de Moulinex, les fermetures d’usine interrompent brutalement cette dynamique et atomisent ces collectifs. Dès lors, chaque licenciée n’est plus qu’une ancienne de, qui cherche à se reconvertir, explorant alors différentes pistes y compris culturelles, de façon à juguler la souffrance du licenciement.



To Have Done With the Economy Of Love (Féminisme, genre, sexualités )

by Feral Faun
Saturday 11 June 2011 by anik

Sexual love, erotic pleasure, is the source of boundless ecstasy, the expression of the infinite divinity of our bodies. It is the very creative energy of the cosmos. When this energy flows through us unchecked, we come to be in love, to desire to share erotic pleasure with the entire cosmos. But only rarely do we experience this boundless energy. Within the bounds of commodity culture, love too is a commodity. An economy of love has developed, and that economy destroys the free flow of pleasure.



Le féminisme matérialiste (Féminisme, genre, sexualités )

Lu sur le Jura Libertaire, extrait de La Sociale
mardi 8 mars 2011 par anik

Pour com­men­cer, reve­nons sur quel­ques notions :

Parler dis­tinc­te­ment de genre et de sexe vise à saper les évidences natu­ra­lis­tes bien ancrées dans nos cultu­res autour de ces notions. Ainsi, un des objec­tifs de l’uti­li­sa­tion du mot « genre » est la mise en lumière du carac­tère socia­le­ment cons­truit d’un cer­tain nom­bre d’attri­buts et de com­por­te­ments psy­cho-sociaux atta­chés tra­di­tion­nel­le­ment à l’appar­te­nance à un « sexe bio­lo­gi­que ». Ce chan­ge­ment séman­ti­que et concep­tuel est le résul­tat de nom­breux tra­vaux de recher­ches de et de concep­tua­li­sa­tion menés par des fémi­nis­tes.



Réflexions autour de l’infanticide (Féminisme, genre, sexualités )

Ouvrage collectif de 8 femmes
jeudi 30 septembre 2010 par anik

Aujourd’hui et ici, dans nos socié­tés occi­den­ta­les moder­nes, des
femmes de tous les âges et tous les milieux sont empri­son­nées sous
l’accu­sa­tion d’infan­ti­cide, leurs vies et leurs per­son­na­li­tés sont
décor­ti­quées par des spé­cia­lis­tes de toute sorte, elles sont
mal­me­nées dans les médias et mal­trai­tées par l’opi­nion publi­que.

Comment peut-on croire qu’il y ait parmi nous, les femmes, des « 
ano­ma­lies socia­les » à soi­gner ou à enfer­mer ? Les autres femmes
n’auraient rien à voir avec cette his­toire de souf­france et de
soli­tude, elles ne seraient pas tra­ver­sées par les mêmes contrain­tes
liées à la mater­nité et à la domi­na­tion des hommes sur les femmes ?



La vasectomie (ou stérilisation masculine) (Féminisme, genre, sexualités )

vendredi 13 août 2010 par anik

Ce texte a été publié dans Le Réfractaire (n° 39, mai 1978). « Social, pacifiste, libertaire », tel se voulait le journal de l’Association des amis de Louis Lecoin (militant anarchiste qui arracha, en juillet 1963, par ses longues grèves de la faim, le statut d’objecteur de conscience). Le journal, dont le premier numéro paraît le 1er avril 1974, et le dernier en avril 1983 (n° 82), est réalisé par May Picqueray, indomptable camarade, infatiguable soutien des objecteurs de conscience, irremplaçable amie, décédée en 1983 à l’âge de quatre-vingt-cinq ans.



Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ? (Féminisme, genre, sexualités )

par Denise Comanne
jeudi 5 août 2010 par anik

Le patriarcat

L’oppression des femmes est très ancienne : elle préexiste au capitalisme qui est aussi un système d’oppression mais plus global. On appelle « patriarcat » l’oppression que les femmes subissent en tant que femmes de la part des hommes. Cette oppression se reproduit de multiples façons au delà de l’aspect strictement économique : par le langage, la filiation, les stéréotypes, les religions, la culture … Cette oppression prend des formes très différentes selon par exemple qu’on vit au Nord ou au Sud de la planète, en milieu urbain ou en milieu rural.



L’individu, la société et l’État (Emma Goldman)

De Emma Goldman
mercredi 4 août 2010 par anik

Le doute règne dans l’esprit des hommes car notre civilisation tremble sur ses bases. Les institutions actuelles n’inspirent plus confiance et les gens intelligents comprennent que l’industrialisation capitaliste va à l’encontre des buts mêmes qu’elle est censée poursuivre.



L’été sans épilation (Féminisme, genre, sexualités )

Lu sur M.I.E.L Mouvement International pour une Ecologie Libidinale
mercredi 28 juillet 2010 par anik

Nous luttons pour revaloriser la pilosité naturelle ; contre le fait que s’impose, aux femmes - et bientôt aux hommes - l’obligation normative d’éliminer les poils naturels. Ceci concerne la pratique de l’épilation (s’arracher les poils) - ou du rasage (se trancher les poils) - qu’elle soit partielle ou intégrale.



Soutenir un-e survivant-e d’agression sexuelle (Féminisme, genre, sexualités )

Cette brochure a été faite grâce au travail accompli en collaboration par UBUNTU et Men Against Rape Culture.
mardi 15 juin 2010 par anik

Si vous êtes une personne qui vit et évolue sur cette planète, vous connaissez quelqu’un qui a survécu à une agression sexuelle. Le nombre de femmes, hommes et personnes trans (c’est-à-dire des personnes qui ne rentrent pas dans un système de genre binaire mâle/femelle) qui subissent des agressions sexuelles est inconnu, ceci à cause des phénomènes de silence culturel, mise en doute de la parole de la personne, et de la peur d’encore plus de violence autour du viol.



Marchons contre le patriarcat ! (Féminisme, genre, sexualités )

par Commission Antipatriarcat pour alternative libertaire
lundi 14 juin 2010 par anik

Si l’égalité des droits et des conditions n’a jamais été atteinte entre les hommes et les femmes, la dégradation actuelle des conditions politiques, sociales et économiques aggrave encore plus l’oppression des femmes.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 621078

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Féminisme, genre, sexualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License