robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions

Dossiers, alternatives, politiques et réflexions

Articles de cette rubrique


Refusez le budget militaire 2013 (Economiques)

Du Mouvement de la Paix
mercredi 7 novembre 2012 par anik

La crise de la dette est là et pourtant, les députés sont appelés à voter le 7 novembre un budget de la Défense de plus de 39 Milliards d’euros. Ce choix budgétaire, morbide pour une économie moderne dans un monde globalisé, doit-il demeurer celui de la France ?



Le " tourisme durable " : marketing vert ou alternative post capitaliste ? (Economiques)

par bernard Duterme
samedi 27 octobre 2012 par Pierre

Pour Bernard Duterme, du centre tricontinental le " tourisme durable " dont se revendique certains opérateurs est dans son ensemble de la poudre aux yeux. La dérégulation est la règle dans ce secteur comme dans d’autres.



Les dynamiques d’expansion de l’agrobusiness au Sud (Écologiques)

par Laurent Delcourt
samedi 27 octobre 2012 par Pierre

Architectes et principales bénéficiaires de la libéralisation des échanges agricoles, les firmes de l’agrobusiness ne cessent de renforcer leur emprise sur le système agroalimentaire mondial. Fortes de leur poids économique et de leur influence politique, favorisées par une batterie de normes internationales taillées sur mesure, elles poursuivent leurs stratégies de concentration à l’échelle de la planète, prélevant une part grandissante de valeur ajoutée tout au long des chaînes productives. Dopées par la hausse des prix agricoles et le boom des agrocarburants, elles « gagnent du terrain » au Sud, via l’acquisition de grandes superficies fertiles ou la prise de contrôle des opérateurs locaux. Et y imposent « leur » modèle de développement : productiviste, tourné vers l’exportation, socialement excluant et écologiquement destructeur. L’adhésion des gouvernements et des organismes internationaux au discours des grandes firmes sur la « pénurie alimentaire globale qui vient » n’en finit pas d’étonner. Parées de vertus prométhéennes que leur confèrent leurs avances technologiques, seules ces firmes seraient capables de dynamiser des secteurs agricoles traditionnels « improductifs », en vue de nourrir le monde. Les mouvements paysans dénoncent cette imposture qui occulte les causes structurelles de la faim. Au nom de la souveraineté alimentaire et de la diversité agricole, ils s’opposent à un modèle qui signe la fin des agricultures paysannes et la marginalisation des centaines de millions de personnes qui en vivent.



La ville et l’insurrection (Politiques, philosophiques et syndicales)

De Eric Hobsbawm
jeudi 4 octobre 2012 par anik

A la mémoire de ce grand militant et historien du communisme, décédé en ce 1er octobre 2012, qui espérait toujours d’une nouvelle « révolution d’Octobre » mondiale...



The Euro Is Not in Trouble. People Are. (Economiques)

by Vicente Navarro
jeudi 4 octobre 2012 par anik

One of the phrases frequently written in economic circles in the United States (and to a lesser degree in Europe) is “the Euro is going to collapse.” Those who repeat that phrase over and over again do not seem to know how the Euro was established, by whom, and for whose benefit. If they knew the history of the Euro, they would have noticed that the major forces behind the Euro have done very well and continue to do so. As long as they continue to benefit from the Euro’s existence, the Euro will continue to exist.



Age of grief (Anarchie verte)

by John Zerzan
jeudi 4 octobre 2012 par anik

A pervasive sense of loss and unease envelops us, a cultural sadness that can justly be compared to the individual who suffers a personal bereavement.

A hyper-technologized late capitalism is steadily effacing the living texture of existence, as the world’s biggest die-off in 50 million years proceeds apace : 50,000 plant and animal species disappear each year (World Wildlife Fund, 1996).



En sortir (Economiques)

par Frédéric Lordon
vendredi 28 septembre 2012 par anik

Il faut lire le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Il faut le lire non pas tant pour en découvrir les dispositions puisque celles-ci ont déjà fait l’objet d’abondantes présentations, mais pour être frappé par sa langue. Terrible novlangue où les grands principes des considérants, supposés apporter à un texte le souffle d’une vision historique, ne sont plus qu’une écœurante bouillie, où l’idéologie à peine travestie et présentée comme force d’évidence – « les parties contractantes tenant compte du fait de la nécessité de maintenir des finances publiques saines et soutenables » (le fait de la nécessité dont nous sommes bien obligés de tenir compte…) – le dispute au contentement répugnant – « se félicitant des propositions législatives formulées le 23 novembre 2011 » –, à l’imposition sans fard – « rappelant la nécessité d’inciter et au besoin de contraindre les Etats membres en déficit excessif » –, ou au mensonge pur et simple, presque rigolard – « désireuses de favoriser les conditions d’une croissance économique » –, il faut lire ce texte, donc, pour se faire une idée assez exacte d’où en est la politique en Europe et de ce qu’elle n’hésite pas à faire prétendument en notre nom.



Une réflexion sur la non violence (Non violence)

Par l’équipe de la Canva
vendredi 17 août 2012 par anik

Une action modifiant l’intégrité des biens d’une personne ou d’une institution peut-elle être non-violente ?



Kokopelli : La Biodiversité sacrifiée sur l’autel de la productivité (Écologiques)

La Cour de Justice de l’Union Européenne désavoue Kokopelli et son avocat général
vendredi 3 août 2012 par anik

La Cour de Justice, par sa décision rendue hier dans l’affaire Kokopelli c. Baumaux, vient de donner un satisfecit intégral à la législation européenne sur le commerce des semences.

Pourtant, le 19 janvier dernier, son Avocat Général nous donnait entièrement raison, en estimant que l’enregistrement obligatoire de toutes les semences au catalogue officiel était disproportionné et violait les principes de libre exercice de l’activité économique, de non-discrimination et de libre circulation des marchandises. (V.ses conclusions)



Parution du n°4 de « Sortir de l’économie » : critique de l’économie et du travail (Economiques)

vendredi 3 août 2012 par anik

En deçà du brouhaha des phénomènes secondaires qui s’imposent à notre perception immédiate, l’économie est une forme de vie sociale, une façon implicite et généralisée de se lier les uns aux autres. Ses catégories spécifiques se sont déployées progressivement jusqu’à devenir un cadre global dans la deuxième moitié du XXe siècle. Le travail est la forme d’activité particulière qui, tout à la fois, produit ce lien spécifique et en répartit les fruits de manière automatique. Il désigne une réalité propre à l’économie où tout est jaugé à l’aune d’une totalité décisive constituée par la forme marchande. Le travail est la source de l’attribut universellement attaché aux marchandises – la valeur – et, simultanément, le moyen incontournable pour les acquérir. Ainsi chacun contribue, par ses activités apparemment sensées, à déployer un monde insensé qui le dépasse et l’englobe, sans même (avoir à) y penser. À partir d’un faisceau d’actes sociaux conscients mais séparés, émerge une totalité inconsciente qui en retour conditionne malgré nous le sens à donner à nos actes. Cette dimension, bien qu’irréelle, a des effets concrets sur le monde. C’est ainsi qu’a été décrit le fonctionnement prétendument irrationnel des fétiches dans les sociétés « primitives ».



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 741356

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License