robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Politiques, philosophiques et syndicales > Politiques, philosophiques et syndicales

Politiques, philosophiques et syndicales

Articles de cette rubrique


The Imperialism of Everyday Life (Anarchie verte)

By John Zerzan
mercredi 4 août 2010 par anik

Violence, even terror, always exists on the periphery of empire. They are the means by which empire is consolidated, defended, extended. Similarly, empire must respond to attack, or its basis is forfeit. All that is new about September 11 is that it didn’t occur on a distant horizon. It was as if Rome had been attacked 2,000 years ago, at the height of its power.
The heartland of empire has a vast and ever-present meaning separable, and inseparable, from those twin towers in Manhattan. Everyday existence, under the sign of the capital and technology that the World Trade Center represented, also cries out.



FERAL (Anarchie verte)

By John Zerzan
jeudi 29 juillet 2010 par anik

Fer-al adj. wild, or existing in a state of nature, as freely occurring animals or plants ; having reverted to the wild state from domestication.



Les hackers et l’esprit du parasitisme (Anarchie verte)

Des amis de Ludd
mercredi 28 juillet 2010 par anik

Nous incluons dans cette livraison un commentaire de l’ouvrage L’Éthique hacker et
l’esprit de l’ère de l’information, appelé à devenir la profession de foi d’une nouvelle
génération de technoconvaincus partageant la certitude que les décennies à venir leur
appartiennent. Son auteur, Pekka Himanen, est le nouvel hérétique de cette éthique du travail
coopératif et passionné, à mille lieues des éthiques protestantes et catholiques fondées sur le
travail esclave et la mortification rétribués dans l’Au-delà.



TheVegetarian Myth : food, justice, and sustainability (Anarchie verte)

by Lierre Keith
mardi 27 juillet 2010 par anik

This was not an easy book to write. For many of
you, it won’t be an easy book to read. I know. I was a vegan for almost
twenty years. I know the reasons that compelled me to embrace an
extreme diet and they are honorable, ennobling even. Reasons like
justice, compassion, a desperate and all-encompassing longing to set
the world right. To save the planet—the last trees bearing witness to
ages, the scraps of wilderness still nurturing fading species, silent in
their fur and feathers. To protect the vulnerable, the voiceless. To feed
the hungry. At the very least to refrain from participating in the hor-
ror of factory farming.



Se Sentir Vivre ( Anarchisme )

De E.Armand (1910)
vendredi 23 juillet 2010 par anik

J’écris ces lignes en pleine période électorale. Les murs sont barbouillés d’affiches de toutes les couleurs ou on s’en dit de toutes les couleurs, sans jeu de mots. Qui n’a pas son parti – son programme – sa profession de foi ? Qui n’est pas socialiste ou radical ou progressiste ou libéral ou « proportionnaliste » – le dernier cri du jour ? C’est la grande maladie du siècle, cette abnégation du moi. On est d’une association, d’un syndicat, d’un parti ; on partage l’opinion, les convictions, la règle de conduite d’autrui. On est le mené, le suiveur, le disciple, l’esclave, jamais soi-même.



Une introduction au primitivisme (Anarchie verte)

De John Moore traduit par mouton sauvage pour Anarchie Verte
jeudi 22 juillet 2010 par anik

NOTES DE L’AUTEUR : Il ne s’agit pas d’une assertion définitive, tout au plus un point de vue
personnel, qui essaye d’expliquer ce qu’on entend par anarcho-primitivisme. Je désire
fournir une introduction générale au sujet, sans exclure ni limiter. Je m’excuse pour les
inexactitudes, les fausses interprétations ou les généralisations (inévitables).



La résistance comme ressource politique dans l’après-guerre (Politiques, philosophiques et syndicales)

par Marc Abélès
dimanche 18 juillet 2010 par Pierre

Les années de guerre ont créé sans nul doute un véritable séisme dans le paysage politique français. Après 1945, une grande partie de la classe politique était irrémédiablement déconsidérée. De la simple acceptation du régime de Vichy à la collaboration active avec l’ennemi, nombreux étaient ceux qui s’étaient compromis au point d’être à tout jamais exclus de la vie publique française. A la Libération un mot d’ordre prévalait : « reconstruire ! » Pour mener à bien l’entreprise, il fallait des hommes nouveaux.

Les dirigeants de la IIIe République dont la réputation avait surnagé aux années noires apparaissaient usés, vieillis. Leur image était ternie par les tergiversations et les renoncements qui avaient abouti à Munich, puis à la « drôle de guerre ». Dans ce contexte, il n’est guère étonnant que soit apparue, sur le devant de la scène et dans le sillage du général de Gaulle, une nouvelle génération d’hommes politiques qui pouvaient se prévaloir de leur action dans le combat contre l’occupant. De ces hommes politiques, les historiens de la IVe et de la Ve République ont bien marqué la place. Sans revenir ici sur les multiples études qu’on a consacrées à ce thème, on peut cependant tenter de restituer, au travers de parcours singuliers et significatifs, le rôle qu’a pu jouer la référence à la Résistance dans l’ après-guerre. On distinguera [...] deux cas de figure différents. Le premier est celui où la participation à « l’armée des ombres » a eu un impact direct sur l’ascension politique des individus. Le second fait intervenir, de manière plus diffuse, non la Résistance elle-même, mais la mémoire de la Résistance.



Appel pour la formation d’une cuisine coopérative "Aux ouvriers, aux ouvrières, aux consommateurs" ( Anarchisme )

De Eugène Varlin
mercredi 14 juillet 2010 par anik

Depuis quelques années, les ouvriers ont fait de grands efforts pour obtenir l’augmentation de leurs salaires, espérant ainsi améliorer leur sort. Aujourd’hui,
les spéculateurs prennent leur revanche et font payer cher
les aspirations des travailleurs en produisant une hausse excessive sur tous les objets de première nécessité et particulièrement sur l’alimentation. On a proclamé
la liberté du commerce ; la spéculation en use pour nous exploiter à merci.



La pensée du jour - 34 - (Guy Debord)

De Guy Debord
jeudi 1er juillet 2010 par anik

34

Le spectacle est le capital à un tel degré d’accumulation qu’il devient image.



La trahison de la technologie (Politiques, philosophiques et syndicales)

De Jacques Ellul
mercredi 30 juin 2010 par anik

La société technicienne

C’est la face la plus connue de sa pensée grâce à Aldous Huxley qui découvre et fait connaître La technique, ou L’enjeu du siècle publié aux États-Unis sous le titre The Technological Society.

Il entreprend, avec Bernard Charbonneau, un travail de recherche et de réflexion sur l’évolution de la société moderne, en constatant que la disparition du monde rural traditionnel s’accompagne d’une technicisation et d’une normalisation croissantes de l’homme comme de son milieu. Toute sa vie intellectuelle et ses engagements seront consacrés à analyser méthodiquement les multiples conséquences de cette « grande mue » en anticipant nombre des interrogations de la réflexion écologiste.

Tout au long de plusieurs ouvrages, il a mené une étude critique de ce qu’il appelle « le système technicien » (titre d’un livre paru en 1977) – la technique étant d’après lui le facteur déterminant de la société moderne – notamment dans une trilogie sur la technique, dans laquelle il développe sa thèse, exemples à l’appui et en suivant l’évolution du phénomène technique. Thèse selon laquelle la technique s’auto-accroît, imposant ses valeurs d’efficacité et de progrès technique, niant l’homme, ses besoins, sa culture, ainsi que la nature. Bruno Latour écrit en 2000 : « les techniques appartiennent au règne des moyens et la morale au règne des fins, même si, comme Jacques Ellul en a témoigné il y a bien longtemps, certaines techniques finissent par envahir tout l’horizon des fins en se donnant à elles-mêmes leurs propres lois, en devenant "auto-nomes" et non plus seulement automatiques »



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 722186

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License