robin-woodard
Accueil > Dossiers, alternatives, politiques et réflexions > Politiques, philosophiques et syndicales > Politiques, philosophiques et syndicales

Politiques, philosophiques et syndicales

Articles de cette rubrique


Les douze hypothèses d’une stratégie altermondialiste (Politiques, philosophiques et syndicales)

De Gustave Massiah
mardi 1er février 2011 par anik

Dakar accueille, du 6 au 11 février, le Forum social mondial. Un rendez-vous qui marque le dixième anniversaire d’un mouvement altermondialiste mobilisé dans la réflexion et l’action pour l’édification d’un autre monde. Un mouvement arrivé à un moment où des ruptures sont nécessaires pour mieux orienter et accompagner les processus d’émancipation et de renouvellement historique. Un processus que Gustave Massiah interroge à travers douze hypothèses.



L’oligarchie ça suffit : vive la démocratie ! (Politiques, philosophiques et syndicales)

de Hervé Kempf
vendredi 14 janvier 2011 par anik

Un entretien avec Hervé Kempf autour de son livre "L’oligarchie ça suffit : vive la démocratie !"



Au-delà du droit ( Anarchisme )

De Ronald Creagh
lundi 3 janvier 2011 par anik

Les écrits les plus anciens sont des rapports sur les impôts, les lois, les conditions du travail servile. Cette objectivation de la domination tira donc son origine des besoins pratiques de l’économie politique. Un usage accru des lettres et tablettes permit aux responsables d’atteindre de nouvelles cimes du pouvoir et de la conquête, comme l’illustre la nouvelle forme de gouvernement de Hammourabi en Babylone. Comme le dénonce Lévi-Strauss, l’écriture semble favoriser l’exploitation plutôt que l’instruction de l’humanité.

John Zerzan : Language and its Origin



Désobéir à la loi ? (Non violence)

De André Bernard
lundi 27 décembre 2010 par anik

Est-il bien utile de redire mon agacement à la lecture, publication après publication, livre après livre, des œuvres des historiens et des journalistes qui reviennent, à plume jamais sèche, sur l’illégalisme anarchiste ou sur les exploits pétant et fumant de notre période « explosive » ? L’anarchisme ne serait-il que cela ? Loin de moi l’idée de rejeter dans un enfer quelconque illégalistes et terroristes, notre Ravachol christique, Emile Henry et les autres, notre bande à Bonnot, originale entreprise en son temps, ou l’admirable Alexandre Marius Jacob. Ils font partie intégrale de notre histoire, ils sont nôtres. Comme sont nôtres tous ceux qui prennent les armes contre l’injustice.



Qui sont les Blacks Blocs ? Où sont les Blacks Blocs ? ( Anarchisme )

Collettivo Universitario Autonomo de Torino
lundi 20 décembre 2010 par anik

Traduction du texte d’un collectif universitaire italien, en réaction à la campagne de presse des médias italiens sur de prétendus « Blacks Blocs » pendant les émeutes à Rome mardi 14 décembre.



Le LKP de la Guadeloupe, un mouvement social instructif ? (Politiques, philosophiques et syndicales)

par Paméla Obertan
vendredi 17 décembre 2010 par Pierre

Quand on pense à la Guadeloupe, île qui se situe dans la Caraïbe, la première image qui nous vient en tête est le sable chaud, les cocotiers et la mer. Cependant, cette île, qui est aussi une région et un département français, a été le théâtre l’année dernière d’un mouvement social sans précédent dans son histoire.

Le 20 janvier 2009, la Guadeloupe, île française des Caraïbes, a connu un mouvement social sans précédent. En effet, pendant 44 jours, l’île a été paralysée par une grève générale touchant tous les secteurs. Les médias ont largement fait écho de ce mouvement en insistant plus sur le côté sensationnel comme certaines émeutes urbaines. Cependant, il importe un an après de revenir sur ce mouvement assez spectaculaire. Comment expliquer le soutien massif de la population au Lyannaj Kont Pwofitasyon (LKP en créole), la "structure" qui a initié, organisé et maîtrisé ce mouvement social ? Comment expliquer également le succès relatif du LKP ? Quels enseignements positifs peut-on tirer de cette nouvelle organisation qu’est le LKP pour les autres mouvements sociaux ? Quelles pourraient être les formules gagnantes pour les autres mouvements sociaux ?



De la permaculture au primitivisme (Anarchie verte)

Rédigé par Nicollas
vendredi 10 décembre 2010 par anik

Comment la permaculture m’a amené à me poser des questions sur l’agriculture et la civilisation.

La permaculture est une méthode de conception de systèmes permettant de combler les besoins humains fondamentaux (nourriture, abris, etc.). Dans l’idéal, ces systèmes doivent êtres productifs, demander une faible maintenance, et être en « bonne santé » écologique. Pour se faire, les systèmes mis en place devraient prendre modèle sur les écosystèmes naturels, qui ont déjà ces caractéristiques — mise à part celle d’être très productifs en denrées consommables par les humains. Ces caractéristiques émergent du mécanisme de l’évolution : les systèmes naturels qui se sont perpétués ont subi une sélection sur leur potentiel à capter, conserver et recycler les différentes ressources à leur disposition (soleil, eau, nutriments). Les systèmes sauvages que nous observons fonctionnent, autant nous en inspirer. Par exemple pour l’élevage du bétail, on peut s’inspirer des écosystèmes des grands herbivores.



L’action syndicale face à la pauvreté laborieuse, analyse des représentations et des dispositifs d’action sociale dans l’entreprise (Politiques, philosophiques et syndicales)

Par Sophie Béroud, Thomas Brugnot, Gwenola Le Naour, Emmanuel Porte
dimanche 5 décembre 2010 par Pierre

L’émergence du problème des « travailleurs pauvres » dans les débats publics en France suggère de réfléchir à la façon dont celui-ci est appréhendé au sein de l’entreprise, c’est-à-dire de voir si les salariés dont les ménages ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté font l’objet d’une prise en charge particulière par les interlocuteurs sociaux. Ce questionnement nécessite de saisir, la façon dont les organisations syndicales et patronales appréhendent et analysent le phénomène de la pauvreté laborieuse, l’intérêt qu’elles lui portent et la manière dont elles l’intègrent dans leurs axes de réflexion. Il implique, également, de comprendre ce qui se passe concrètement sur le terrain. Le vécu de la pauvreté laborieuse, les dimensions au travers desquelles elle se manifeste (problèmes de logement, de transport, d’alimentation, problèmes financiers...) conduisent à établir des liens entre le travail et le hors travail, à se projeter vers des domaines d’intervention qui ne sont pas nécessairement perçus comme au coeur de l’action revendicative par les militants syndicaux. Ce sont ainsi les frontières de l’intervention syndicale qui sont en jeu dans la façon dont les élus du personnel et les délégués syndicaux se saisissent des outils disponibles au niveau des comités d’entreprise et parfois des branches, avec la création de fonds d’action sociale. Ce faisant, les syndicalistes agissent au sein d’une configuration plus large d’acteurs, ce qui se traduit par un chevauchement parfois problématique entre action syndicale et action sociale et par la recherche de coopérations inédites, afin de coproduire des droits sociaux pour des fractions du salariat particulièrement fragilisées, avec les employeurs et les représentants des collectivités territoriales.



La marche des canards. Ou derrière l’état, la leçon des chars d’assaut… ( Anarchisme )

dimanche 5 décembre 2010 par Thierry Lodé

La tyrannie des fascismes parait parfois loin derrière nous. Avec les horreurs du nazisme, l’autoritarisme a obtenu sa pire gravure. Mais qu’est-ce que l’extrême-droite et le totalitarisme ? Il est, de fait, difficile de caractériser cet appétit de dictature pourri d’idéologies criminelles. La volonté d’imposer un ordre bien à soi construit aussi bien l’état nationaliste que les particularités monarchistes ou théocratiques. Mais il est des leçons que l’on peut aussi tirer des démocraties actuelles.



Octobre mouvant (Politiques, philosophiques et syndicales)

Lu sur l’Ire des Chênaies
jeudi 18 novembre 2010 par anik

Ce texte s’adresse à tous ceux qui se sentent parties prenantes du mouvement d’opposition à la réforme du système des retraites. Il est écrit par des personnes qui ne sont pas directement impliqués dedans, ne serait-ce que parce qu’elles tentent, dans la mesure du possible d’échapper au travail salarié (en tout cas : au travail à temps plein et à durée indéterminée), et ne se trouvent donc pas en position de faire grève ou de participer à des AG (inter)professionnelles.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 636742

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License