robin-woodard

L’argent des frégates définitivement planqué

dimanche 14 décembre 2008.

L’ordonnance de non-lieu général dans le dossier des frégates de Taiwan, rendue hier au Tribunal de grande instance de Paris, enterre la plus grande affaire française de corruption politique. Les contrats signés en 1991 et 1992 par les groupes français Thales, DCN, Matra et l’opérateur taiwanais China Ship Building, pour la livraison de matériels de guerre à Taipei, avaient permis de dégager pour près de 1,4 milliards de Francs de commissions occultes, selon les enquêtes judiciaires menées à Taiwan. Une partie substantielle de cette somme était destinée à des décideurs français. Cependant, la classification "secret défense" de différentes pièces émanant du ministère français de l’Economie et des Finances a empêché les juges de remonter jusqu’aux bénéficiaires. Téléchargez les documents confidentiels que nous avons recueilli au sujet des arrangements entre Thales et Bercy pour classifier "secret défense" les pièces compromettantes du dossier, ainsi que les transcriptions des écoutes d’André Wang, principal intermédiaire sur ce marché d’armement.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 716148

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License