robin-woodard

Ecovillages et Ecolieux en France

par Long Nuage Blanc
mercredi 24 juin 2009 par anik

Mais il est impossible en fait de dresser une liste exhaustive, d’une part parceque ces lieux s’ouvrent et se ferment avec une grande fluidité, d’autre part parceque le contour de la définition de ces lieu est flou et varie largement.

En tout cas, on compte quelques dizaines de communautés, éco-villages et collectifs mettant en oeuvre des stratégies très diverses pour construire un autre rapport avec la nature.

Les éco-lieux en France

Les exemples les plus mentionnés à l’époque de ce travail sont : Carapa, la ferme du Collet, Baluet, Troglobal, le vieil Audon, la Nef des Fous, la Valette, Ambiance Bois, le Bio-Lopin [1] , les Oasis de Pierre Rabhi, les communautés de l’Arche, les communautés Rainbow, le Cun du Larzac, Longo Mai, Cravirola, La Borie, la Maison d’Ici et d’Ailleurs, l’université d’écologie sociale de M. Rosell, le Village du Crémadet, l’éco-hameau de Furan, [2] etc...

La population de chacun de ces lieux varie généralement entre 5 et une douzaine de personnes, avec quelques uns allant jusqu’à 80. On trouve des écolieux de trois habitants et d’autres de trente.

Outre les permanents qui habitent et font vivre ces lieux, la visite de personnes plus ou moins proches voire de "touristes alternatifs" peuplent les écolieux en saison estivale, notamment lors de concerts, d’éco-festivals ou de jardinage et de chantiers.

Nombre d’écovillages organisent des stages de formation et des chantiers de jeunes où ils réunissent des volontaires pour accomplir des tâches collectives. C’est une manière d’utiliser l’aspiration à découvrir les alternatives pour dynamiser les communautés. On peut donc chiffrer la nébuleuse qui gravite autour des éco-villages à plusieurs milliers de personnes.

Cachez cet écovillage que je ne saurais voir

L’éco-village ne constitue pas en France un modèle structuré auquel s’identifieraient et dont se réclameraient la plupart des lieux éco-alternatifs.

Parmi ces lieux, certains voient avec méfiance le terme "éco-village" par refus d’une étiquette qui prévaudrait comme modèle ou structure de développement. Ce rejet est autant le reflet d’une volonté d’autonomie politique et organisationnelle qu’une façon de se protéger d’une affluence de "touristes".

Enfin, la notion d’éco-village pose un problème dans la nature des concrétisations qu’elle regroupe : des communautés utopiques aux convictions politiques profondes, à des groupes plus spirituels prônant le retour à la nature en passant par des squats ou des coopératives de production agricole, y a-t-il vraiment lieu de parler de village ?

C’est pour respecter cette diversité des pratiques communautaires que j’ai préféré l’utilisation du concept d’éco-lieu à celui d’éco-village, l’éco-lieu regroupant l’ensemble des lieux qui mettent en oeuvre des éco-alternatives.

Une tentative de structuration en réseau

Il a existé un Réseau Français des Eco-Villages (R.F.E.V.) qui a fédéré un réseau entre 1999 et 2001, par régions. Le RFEV a surtout organisé des assemblées générales ayant pour objectif de réaliser un "état des lieux". Cette organisation a connu un échec dans sa tentative de fédérer les éco-villages.

Je rencontre Jean-Luc, rédacteur de Passerelle Eco, et Olivier, habitant de Carapa, qui s’y sont tous deux beaucoup investi. Ils regrettent que ce mouvement aie réuni beaucoup de projets d’éco-lieux mais que peu de ont aboutis à des réalisations concrètes.

Le RFEV est aujourd’hui dissout mais il demeure une tentative intéressante de conceptualisation et de coordination de ces communautés que poursuit Passerelle Eco dans une démarche plus pragmatique, basée non pas sur une tentative de structuration d’un mouvement ou d’une pensée commune, mais plutôt d’une mise en partage des expériences d’écologie pratiques et d’une mise en relation.

[1A partir de 2005, BIo Lopin ne peut plus toutefois être considéré de la même manière

[2La revue Passerelle Eco se fait régulièrement l’écho de ces lieux et d’autres du réseau éco ainsi que des projets d’Habitat Groupés plus modernes


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1441 / 595807

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Écologiques  Suivre la vie du site Survivre et vivre  Suivre la vie du site Les écolieux existent-ils aussi pour les gueux (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License