robin-woodard

Pourquoi Jean-Marc Rouillan doit absolument être libéré.

Lu sur le site Linter
mardi 9 juin 2009 par anik

Jean-Marc Rouillan est donc atteint d’une maladie grave et rare qui s’attaque au système osseux : le syndrome de Chester-Erdheim.

Il a fallu cette nouvelle dramatique, pour que l’on reparle de lui. Mais la presse, les médias ne vont pas trop loin dans l’information. Pourtant, elles sont disponibles et pourraient les mobiliser et les encourager à informer - on en reste cependant comme souvent à la réécriture soft de la dépêche AFP.

Alors que tout montre le danger que court ce prisonnier - qu’ils ont été si rapides à accuser dans la campagne qui a conduit à la révocation de sa semi-liberté. Et l’importance de dire fortement qu’il doit être libéré.

Une hospitalisation en catastrophe

Nous pouvons tous aller voir ce qu’est cette maladie ... Et comprendre ce que nous ne comprenions pas : en effet, Jean-Marc Rouillan, pendant plusieurs semaines, n’écrivait plus, ne pouvait plus écrire. Chacun se demandait ce qui se passait. En fait, les symptômes auraient été déjà, pour toute personne non enfermée, des signes d’alerte.

Il a fallu une hospitalisation en catastrophe - Les pompiers disant qu’il était plus que temps - pour que commence enfin un traitement, une prise en compte de son état de santé.

Des examens entravés, des transports entourés de gardes armés, l’isolement total

Alors, pendant des semaines, Jean-Marc Rouillan a subi toutes sortes d’examen et le diagnostic est tombé. Dans toute sa gravité. Et l’incertitude quant aux traitements possibles, nécessaires, chimiothérapie, interferon ...

Alors, s’ajoutant à l’angoisse face à l’annonce de cette maladie, il faut s’imaginer et le dire - comme il a pu le faire à ses rares visites autorisées ou quand il a pu recommencer à écrire -, tout cela s’est passé

en régime d’isolement total,
le moindre transport accompagné de près d’une dizaine de gardes armés,
et des examens ou interventions faites entravé.

Car rien n’a changé, dans ce monde carcéral et plus particulièrement dans celui des prisonniers rebelles ou politiques.

La brutalité, l’inhumanité.

Et le caractère insensé de mesures appliquées à un prisonnier qui a fait plus de vingt-deux ans de prison et qui était en semi-liberté. Comme si l’on se retrouvait aux premiers temps de l’incarcération des militants d’Action directe.

Pourquoi Jean-Marc Rouillan doit être libéré.

Ces informations suffisent pour dire que cela doit s’arrêter ...

Que doit s’arrêter une incarcération pour un motif aussi ténu que les quelques mots d’une interview dont même la décision de révocation souligne l’ambiguïté (rappelons que cette ambiguïté n’existe que dans l’esprit de ceux qui ont révoqué la semi-liberté : l’interview est toujours disponible et chacun peut juger en sa propre "âme et conscience").

Que doit s’arrêter un emprisonnement dont tout montre qu’il ne peut pas prendre en compte l’état de santé de Jean-Marc Rouillan : l’hospitalisation en urgence, les conditions de détention extrêmes.

Que doit s’arrêter un emprisonnement face à une maladie dont nous savons très bien, connaissant les conditions de détention en France, et quel que soit le prisonnier concerné, qu’elle ne peut être véritablement soignée en prison.

Pour la libération de Jean-Marc Rouillan


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 256 / 437690

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site France   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License