robin-woodard

Grand Soir : on ferait mieux de s’y coller maintenant. Plus tard, ça va être chaud…

Lu sur Article 11
mercredi 13 mai 2009 par anik

Si la douce matraque ou la gentille grenade lacrymogène des CRS vous intimident, ce billet n’est pas pour vous… C’est que, dans les labos des industriels de l’armement, des esprits malades et pervers nous préparent le futur du maintien de l’ordre. Et les engins qu’ils mitonnent ne laissent que peu d’espoir : ils seront les plus forts, demain davantage qu’aujourd’hui.

Vous reculez devant le moindre petit taser ?

Vous fuyez quand les policiers balancent des lacrymos à tire-larigot ?

Vous courrez dès que les premières grenades assourdissantes éclatent autour de vous ?

Ben… c’est pas gagné… Pas seulement parce que ce n’est pas avec des bras cassés pareils [1] qu’on va faire la révolution. Mais surtout parce que le vieux triptyque policier, matraque-gaz-grenades, n’est rien à côté de ce que les forces de l’ordre auront bientôt dans les mains.
Ce n’est pas nouveau. Même, ça fait longtemps que gouvernements et industries d’armement travaillent sans relâche à de de nouveaux moyens - plus efficaces, massifs et radicaux - de neutraliser les foules et de mettre au pas les protestataires. Sauf qu’ils avancent à grands pas. Bientôt, les mines anti-personnelles électriques, les rayons micro-ondes ou les laser aveuglants devraient vous faire regretter ce bon vieux CRS qui usait de la matraque comme un peintre sous acide manœuvrant son pinceau. Bref passage en revue - avec deux armes précises - de ce qu’ils pourront nous balancer dans les dents, d’ici peu.

Fallait pas être un meneur…

Gare à vos fesses ! L’ADS, dit Active Denial System, a de quoi faire reculer n’importe qui : à 500 mètres de distance, ce rayon micro-onde de 95 gigahertz déclenche sur la peau des personnes visées une très violente sensation de brûlure. Si violente même, qu’elle déclenche un instinctif et immédiat mouvement de recul. Les ondes ne pénètrent pourtant qu’à faible profondeur : 0,4 millimètres, de quoi provoquer une vive douleur sans occasionner de blessure apparente. En clair : l’idéal face à des vilains blacks blocs encagoulés qui auraient repéré un hôtel Ibis…

Développé par le groupe industriel de défense américain Raytheon, l’ADS se veut autant une technologie militaire - les premiers ont été envoyés en Irak en 2006, pour y être expérimentés en "conditions réelles" - que civile, histoire de mater facilement des foules en colère ou des révoltes urbaines. Dans le premier cas, l’arme est réglée pour être létale ; dans le second, on se "contente" de faire fuir les "cibles".
Raytheon décrit ainsi son dispositif : « Une arme moins létale à énergie dirigée révolutionnaire qui utilise les micro-ondes pour refouler des individus isolés ou des rassemblements sans provoquer de blessures. » Sous le nom de Silent Guardian, cette arme aurait déjà fait l’objet d’un contrat avec l’armée américaine.

Ça ne vous fait pas peur ? Ça devrait… Et je suis sûr qu’il vous suffira de visionner cette vidéo, extrait d’une émission de Fox News, pour sentir un léger souffle de crainte chatouiller vos omoplates :


ADS Arme micro-onde
par maracouja972

Visés - entre autres - , les meneurs : « Dans cette bande, vous aurez des meneurs qui exciteront les autres. Ce que nous pouvons faire avec l’ADS, c’est se concentrer sur ces fauteurs de troubles. En faisant cela, on apaise la situation », explique un officier américain enthousiaste. On le comprend : l’ADS, c’est quand même autre chose que les lois anti-bandes de Sarkozy ou les décrets anti-cagoules de Michèle Alliot-Marie… Pour ceux qui en douteraient encore, la preuve avec ces deux autres vidéos, montrant les réactions des militaires et journalistes ayant accepté de servir de cobayes :

Le taser à la douzaine…

Taser est géniale. Pas seulement parce que cette entreprise s’y entend comme personne pour faire taire ceusses - notamment Amnesty International ou Olivier Besancenot - qui la critiquent et mettent en doute l’absence de dangerosité prétendue des armes qu’elle commercialise [2]. Mais surtout parce qu’elle sait innover, repoussant toujours un peu plus les limites de la dégueulasserie. Après le Taser grand public [3], elle propose le Shockwave, engin batard à mi-chemin de la mitraillette à électrodes - elle en lance entre six et 36 simultanément - et la mine antipersonnelle [4].

Deux avantages - enfin, façon de parler… - à ce Shockwave. Il est possible de paralyser plusieurs personnes en même temps, quand le pistolet Taser classique ne tirait qu’une seule électrode. Et on peut opérer à distance des individus ou foules qu’on souhaite neutraliser : l’engin s’utilise à une centaine de mètres des "cibles". De quoi faire taire pas mal de velléités rebelles…

J’en passe et des pires…

C’est un lundi maussade, je ne vais pas l’aggraver en évoquant toutes les joyeusetés que certains esprits malades concoctent dans leurs labos de pointe. Sachez juste qu’il existe aussi des lampes-torches aveuglantes, qui font perdre le sens de l’équilibre et provoquent des nausées, des armes à infrasons, qui incommodent ou créent des lésions interne selon le réglage choisi, ou des drones pouvant être équipés de taser.
Un très bon billet du siteRamassi.net propose un panorama complet de ces armes non-létales qui vont nous transformer en gentils moutons tentant d’éviter l’aiguillon du boucher. Moi, j’abandonne là. Juste : vous feriez mieux de faire la révolution tant qu’on peut encore. Après, ce sera vraiment mort…


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 261 / 602856

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales  Suivre la vie du site Non violence   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License