robin-woodard

les invisibles : la mort, la prison ou... l’autarcie partagée ??

mercredi 13 mai 2009 par anik

la mort, la prison : tout cela a quelque chose de terrifiant dans les destructions y comprises les auto-destructions préprogrammées par un système économique et politique dévastateur pour tout organisme humain.

la mort

la mort sociale organisée aboutit de plus en plus vers une mort physique, cela se retrouve dans de très nombreuses situations qui empirent chaque jour en direct.
la précarité amène la mort en prenant des chemins diversifiés mais qui aboutissent tous de façon implacable. bien sûr les oligarches au pouvoir vous diront que c’est la loi du marché et de la compétivité absolue : marche ou crève, alors nous crevons mais devons-nous vraiment le faire en silence ??
les causes de morts sont diverses en effet,
- la malbouffe issue du pire et du périmé de l’alimentation industrielle qui décime déjà la population dite "active"
- perdre un toit : les sdf femmes meurent dans la 40taine, les hommes dans la 50taine.
- la privatisation de l’hopital qui empêche les invisibles de se soigner correctement, l’immense difficulté pour obtenir la CMU ; mais aussi la médecine industrielle catastrophique qui n’hésite pas à fournir des médicaments dangereux pour les personnes : marché oblige...
- l’isolement, la honte, le fascisme et l’intolérance des "actifs" qui vivent majoritairement avec la peur au ventre de rejoindre les rangs des invisibles.
- mais on peut aussi constater actuellement que les travailleurs pauvres et les ouvriers vivent bien moins longtemps que les nantis qui n’ont qu’un souhait c’est que la populasse se fasse exploiter et travaille tant qu’ ils le veulent jusqu’à leur mort.
- les jeunes qui n’ont ni travail ni revenu de subsistance et qui n’ont plus nulle part ou aller et qui pour certains finiront par s’engager dans l’armée pour 7 ans et serviront de "chair à canon" pour assouvir leurs guerres économiques destructrices, mourir pour les mensonges et augmenter les richesses des plus puissants et des plus riches.
- la mort sociale aussi avec l’opposition mensongère entre "actifs" et chômeurs" alors que le travail non salarié des chôleurs qui doivent faire des recherches d’emploi et trouver, créer des alternatives pour leur survie est en soi une forme de travail. le monde salarial a détruit la véritable notion d’activité et de travail. lorsque les personnes n’ont plus de salaires, la mort sociale est organisée autour d’eux.
- la mort des personnes sans papiers qui se sont jetés par la fenêtre pour ne pas être explusés.
- la mort des personnes qui sont surendettés car ils ne pouvaient plus faire face, non pas à des désirs de luxe, mais aux besoins quotidien.

la diversité des morts est affligeante et on peut facilement y rajouter toutes les maladies industrielles et les cancers qui font que les personnes tombent comme des mouches dans l’indifférence totale.

l’unique constat qui peut se faire c’est que le fric a aujourd’hui plus de valeur que la vie y compris humaine de façon absolue et terrifiante (rien que l’élevage industriel est un véritable enfer !).

la prison

trop de lois tue la loi et nous voyons un nombre incalculable de lois qui sont passées y compris par la force dans une démarche d’irrespect total des populations et toujours dans le même but néolibéral du nouveau fascisme qui s’est installé dans beaucoup de pays.
- plus il y a de lois, plus il y a automatiquement de personnes qui se retrouvent dans l’illégalité, nous sommes tellement loin dans la démarche de criminaliser les populations qu’il existe maintenant un délit de solidarité, que les enfants y compris les nourrissons se retrouvent emprisonnés dans des centres de rétention. l’augmentation des délits soit disants commis contre la police et le nombre de détention de la population est absolument incroyable et effarante.
- les radiations abusives, le niveau des revenus de survivance est tellement bas, à hauteur de la moitié du seuil de pauvreté qui aujourd’hui se situe à 800 €uros rendent la survie pratiquement un acte d’immense création et de volontarisme qui épuise encore plus les organismes vivants.
- face aux pénuries, l’image véhiculée par les politiques et les médias est celle des précaires et des jeunes "voleurs". pour certains invisibles la "débrouille" finit par sombrer dans l’illégalité et même de certains petit vols dans des associations caritatives comme les restos du coeur. certains pensent qu’ils n’ont plus aucune alternative dans la société actuelle et décident de voler pour survivre. je ne pense pas que cela soit un problème moral mais un problème de la société actuelle. mais il n’y a vraiment rien de pire que des pauvres volant des pauvres !!!
où est donc passé robin des bois d’aujourd’hui ??
pourquoi ces personnes ne peuvent elles donc pas penser en termes de redistribution des richesses qu’ils ont un jour participé à produire ?? ne peuvent-ils donc pas comprendre que le chemin du vol est celui direct vers la prison ?
- il est vrai que les voleurs à col blancs, les riches eux n’auront pas ce souci, certains vols sont légalisés.
- les prisons françaises sont pleines et débordent. elles débordent de suicides et de suicidés et les matons eux mêmes se suicident dans les miradors au travail ou se mettent en grève aujourd’hui. tout le système judiciaire a été démantelé et j’ai même entendu (radio zinzine) que le gouvernement a lancé des appel d’offres de marché public pour l’aide juridictionnelle.
- la destruction totale des services publics a été jusqu’à atteindre les prisons ou bientôt celle ci sera de nouveau un lieu de travail forcé : le cauchemar américain que nos gouvernants imaginent moderne est implanté en france jusque dans les prisons. la bêtise du copier collé de nos politiciens est absolue et criminelle.
- les prisons ne sont pas un endroit pour les enfants, nous ne vivons pas aujourd’hui dans un monde moderne, mais dans une société cupide, rétrograde, fasciste et odieuse qui se base sur la violence, les abus de tous ordres, l’exploitation maximale de toutes les énergies y compris les énergies humaines et écologiques.
- la prison aussi pour de faux terroristes accusés à tord pour de fausses "raisons d’état".

- j’ai récemment discuté avec un responsable bénévole d’une épicerie sociale et sa vision de demain pour les invisibles c’est le vol, l’image qu’il m’a décrite était celle de précaires qui prenaient d’assault les supermarchés qui seraient alors cloturés avec des agents de sécurité armés y compris sur des miradors, les gens admis à y entrer controlés.... si les bénévoles des associations caritatives pensent que les précaires ne peuvent être et devenir que des voleurs comment pourraient-ils évoluer ?? de toutes évidences, ce n’est pas avec les associations actuelles que les invisibles éviteront les prisons, la faim, les morts physiques et sociales. (de toutes façons avec les nouvelles lois de criminalisations, ils seront eux aussi bientôt fichés et emprisonnés pour délit de solidarité (un directeur d’un emmaüs a subi une garde à vue, vont-ils aussi devoir traquer les illégaux ?), ou bien la toute dernière concernant les bandes s’attaque directement au droit associatif et de regroupement des personnes. une question que je me pose souvent et que je pose aussi quand j’en ai l’occasion aux responsables d’associations caritatives : pourquoi ne faites vous pas des réunions avec les personnes qui sont concernées directement et pourquoi ne voulez vous pas réfléchir avec eux/elles pour créer des alternatives viables ?? mais il semblerait que la vieille mentalité judéo chrétienne de charité et d’humiliation soit toujours monnaie courante ; un peu comme si "on ne se mélange pas avec ces gens là" !

l’autarcie partagée

un des éléments qui me peine le plus, c’est que les invisibles ne sont pas considérés et souvent ne se considèrent eux-même ni entre eux ; comme si le système les avait convaincus qu’ils ont perdu toute leurs valeurs et compétences. et pourtant chaque personne a ses propres compétences et richesses qui ne sont en aucun cas perdues, ni dépendantes d’un travail salarial.
alors la question qui se pose vraiment, c’est comment collectiviser ces compétences, les échanger pour notre survie commune. la nourriture alimentaire est essentiellement industrielle et nocive pour la santé et cela au niveau mondial. nous sommes aussi directement concernés. les systèmes politiques, associatifs sont verouillés, les choix alimentaires réduits pour répondre à l’immense cupidité des multinationales. les semences sont interdites sauf si elles servent à les engraisser. les budgets sociaux nationaux et européens sont considérablement diminués. nous sommes passés d’états à solidarité nationale à des états uniquement pénaux et répressifs.

comment les invisibles pourraient vraiment survivre s’ils et elles ne s’organisent pas entre eux pour produire une alimentation saine qui leur permette de vivre mieux ??
le collectif et le partage ont besoin de retrouver leurs lettres de noblesses ; les terres doivent être redistribuées de manière plus équitables mais nous en sommes bien loin hélas alors il nous faut apprendre à partager ce que nous avons. ici, j’ai proposé à deux familles une parcelle de terrain qui fait partie de l’espace que je loue et nous essayons par un potager collectif : tout le monde pourrait le faire y compris les urbains.
alors, il est grand temps de trouver des moyens de semer, de planter ; de construire, d’essayer et de joindre nos forces afin de ne plus nous affaiblir.

des solutions existent bel et bien et la nature malgré l’immense détoriation que nous lui faisons subir reste généreuse.
de nombreux exemples sont cités sur ce site et je continue de penser que les invisibles ont des rôles positifs importants et créatifs à jouer ; expérimenter des usages différents est tout à fait dans le possible. que manque-t-il donc pour que les invisibles apprennent à se respecter entre eux et eux mêmes pour agir ?? les bobos utilisent leur fric pour réaliser leurs idéologies, mais les invisibles eux et elles peuvent faire beaucoup plus et beaucoup mieux car dans l’impossibilité de rester des con-sommateurs, ils peuvent enfin devenir des créateurs et des chercheurs et ils pourraient bien s’ils prenaient vraiment le temps de la réflexion devenir le futur moderne dont le vivant de cette planète a grand besoin.

nous sommes bien dans une société du spectacle et les invisbles n’ont pas d’images dans le nouvel ordre mondial néo fasciste et pourtant chaque invisible a un reflet dans son miroir, ne cédons pas à leurs illusions destructrices, soyons visibles à nous mêmes et aux autres qui peuvent nous voir et que nous pouvons voir d’une autre façon, une manière différente, plus humaine, plus sereine et surtout plus créative.

.

pour moi le choix est clair, je ne veux ni précipiter ma mort, ni sombrer dans la prison et malgré des difficultés de santé physique c’est le chemin que je prends et que je veux prendre, un chemin qui restera solitaire souvent mais qui pourrait être partagé dans la sérénité face à la folie meurtrière qui nous entoure aujourd’hui.

redevenons libres, il y a urgence !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 434161

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Sociologiques  Suivre la vie du site Travail, chômage, précarité   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License