robin-woodard

France/Chine - Sarkozy cède aux exigences de Pékin sur le Tibet

jeudi 2 avril 2009 par anik

Après la brouille franco-chinoise provoquée par la question tibétaine, Nicolas Sarkozy a rencontré mercredi soir son homologue Hu Jintao lors d’un dîner au 10 Downing Street.

Pour satisfaire Pékin, (la France) SARKOZY a assuré qu’il refuserait de "soutenir sous quelque forme que ce soit l’indépendance du Tibet".

Depuis plus d’un an, les relations franco-chinoises sont tendues en raison de la question tibétaine. Pékin n’a pas apprécié les manifestations à son encontre en marge du parcours de la flamme olympique à Paris puis le voyage du dalaï lama en France en août. Après une timide reprise à l’automne dernier, la rencontre entre Nicolas Sarkozy et le leader tibétain en décembre en Pologne avait de nouveau irrité le régime communiste.

Au début du mois, Hu Jintao, le président chinois, avait donné une claque diplomatique à son homologue en annonçant qu’il rencontrerait plusieurs dirigeants en tête-à-tête en marge du G20, mais pas Nicolas Sarkozy. Lors de son voyage en Europe, le Premier ministre chinois avait également soigneusement évité l’étape parisienne. "Vous en connaissez la raison", avait-il expliqué.

Sarkozy et son homologue chinois côte à côte pour le dîner

Finalement, pour obtenir un entretien entre les deux présidents, la diplomatie française a semble-t-il accédé aux requêtes de la Chine. Dans un communiqué commun publié mercredi matin, la France a indiqué en effet refuser de "soutenir sous quelque forme que ce soit l’indépendance du Tibet". Même si le dalaï lama n’a jamais revendiqué cette indépendance, il s’agissait là d’une exigence de Pékin pour lancer le réchauffement. "Les deux parties ont décidé d’organiser des contacts de haut niveau et le dialogue stratégique en temps voulu, de promouvoir la coopération bilatérale dans tous les domaines et de favoriser le développement stable et harmonieux des relations sino-françaises", a expliqué notamment le texte.

Résultat, les deux chefs d’Etat se sont vus mercredi soir, d’abord lors d’un dîner de tous les dirigeants du G20, au cours duquel ils devaient être placés côte à côte, et ensuite lors d’un entretien bilatéral dans un hôtel du centre de la capitale britannique, selon la présidence française. "Notre rencontre marque un nouveau point de départ pour nos relations bilatérales et j’espère que les deux parties vont travailler ensemble pour lancer une nouvelle phase dans les relations sino-françaises", a indiqué Hu Jintao lors de cette rencontre, selon des déclarations rapportées de Pékin par l’agence Chine Nouvelle.

Outre la rencontre cette semaine entre les deux chefs d’Etat, il est prévu que l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer, se rendent en Chine, pour le premier les 8 et 9 avril, pour le second du 18 au 25 avril. Les anciens présidents Valery Giscard d’Estaing et Jacques Chirac prévoient également d’aller en Chine au cours de l’année.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 421373

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Monde  Suivre la vie du site Asie  Suivre la vie du site Tibet   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License