robin-woodard

L’Insoumission

De Jean-Marc La Frenière
mardi 4 novembre 2008 par anik

Salut à tous je ne suis pas présentable paraît-il. J’ai habité treize ans avec un loup, c’est vous dire. Chez moi il y a des vaches qui volent, des pierres qui pondent, des oiseaux que l’on trait et les montagnes de roches voyagent en camion. Ailleurs je ne sais plus trop bien si les trains partent à l’heure, si les chenilles chantent ou font du pouce. Quand il pleut, les arbres explosent en silence.

Je n’ai qu’un bac en rues, en trottoirs, en tavernes, un doctorat d’espoir. J’ai pris les mots où ils étaient, dans la bouche et la rue, loin des grammaires, des dictionnaires et des académies. J’ai appris à écrire dans les tavernes et les restaurants cheap, sur le skaï des minounes et les toilettes de gare. J’élève des poules pour pondre des poèmes. Et même des lapins dont je me sers des oreilles pour capter la parole. J’écris à grandes pelletées de phrases qui font un bruit de terre en tombant. J’écris au fil à plomb. Je me nourris de terre, de pollen, de cailloux. Je ramasse les virgules dans les armoires aux feuilles et l’eau blanche des songes dans la paume des rochers. Je mange les pépins pour renaître en pommier. Je trace l’étoile du Berger dans la laine encore fraîche. J’arrache les larmes au cimetière, les minutes à l’horloge. Je promène un jardin au bout d’un baluchon.Ce matin je me suis posté pour aller vous rejoindre. Je serai dans l’enveloppe. La boîte à malle s’est perdue. Le facteur s’est pendu. La postière est enceinte et ce n’est pas de moi. J’ai toujours écrit sans savoir comment ni pourquoi. Je continue pour les mêmes raisons.

Jean-Marc La Frenière

L’insoumission

On se soumet aux riches, aux dieux, aux horaires.
Pourquoi pas aux pierres, aux nuages et au temps ?
On se soumet aux ordres, aux drapeaux, aux slogans.
Pourquoi pas aux mots, au rêve, au hasard,
aux pauvres, aux parias, aux enfants ?
Pourquoi aux pluies, au soleil et au vent ?
On se soumet aux trusts, aux banquiers, aux notables.
Pourquoi aux morts, aux lézards et aux tables bancales ?
On se soumet aux cons et aux bulletins de nouvelles.
Je me soumets à la révolte et à l’insoumission.

Source


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 348 / 599753

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cultures  Suivre la vie du site Poésies   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License