robin-woodard

Manuel du guérilléro urbain, de Carlos Marighella

dimanche 7 septembre 2008 par Pierre

Oeuvre majeure de Marighella, le Manuel de la guérilla urbaine consiste dans l’élaboration du concept de guérilla urbaine, en alternative à la théorie du foco de Che Guevara, qui prônait le départ de la révolution dans un milieu rural. Il écrivit son "Manuel de guérilla urbaine" lors de l’un de ses derniers séjours à São Paulo, en 1969, peu de temps avant son assassinat. Contenant toutes les informations nécessaires à la mise en place d’un mouvement guérillero, ce document fut par la suite le manuel d’entraînement pour plusieurs groupes de résistance, tels l’IRA (Irish Republican Army - Armée républicaine irlandaise) en Irlande ou encore les Brigades rouges d’Italie.

Manuel du guérillero urbain, par Carlos Marighella

En rédigeant ce manuel, je désire rendre un double hommage. Le premier, à la mémoire d’Edson Souto, Marco Antonio Bras de Carvalho, Melson Jose de Almeida ("Escoteiro") et de tant d’autres combattants et guérilleros urbains, assassinés par la police politique (la D.O.P.S.) et par l’armée de la dictature militaire qui sévit au Brésil. Le second à nos courageux camarades, hommes et femmes, qui croupissent dans les geôles qui n’ont rien à envier aux crimes commis par les nazis. Comme ce le fut pour eux, notre seul devoir est de lutter.

Avertissement

Toute personne hostile à la dictature militaire ou toute autre forme d’exploitation et d’injustice, désireuse de combattre peut faire quelque chose, même si cette action est modeste, plusieurs petites actions en feront naître une immense. Ceux qui, après avoir lu ce manuel, auront conclu qu’il s ne peuvent rester passifs, je les invite à suivre les instructions que je propose et à s’engager tout de suite dans la lutte. Car, en toute hypothèse et en toutes circonstances, le devoir du révolutionnaire est de faire la révolution.

S’il importe de lire cet ouvrage, il est également très souhaitable de le divulguer. Que ceux qui acceptent les idées qui s’y trouvent défendues, le fassent ronéotyper ou imprimer, fût-ce sous la protection d’un groupe armé.

Si je l’ai signé, c’est parce qu’il est le résultat systématisé d’une expérience vécue par un groupe d’hommes qui , au Brésil, luttent les armes à la main et dont j’ai l’honneur de faire partie. Contre ceux qui mettent en doute ce que j’y recommande, qui continuent d’affirmer que ne sont pas encore réunies les conditions propres au combat ou qui nient les faits décrits, le mieux est que je revendique ouvertement la responsabilité de mes paroles et de mes actions. Je refuse donc les commodités ambiguës de l’anonymat.

Mon but est de recruter le plus grand nombre possible de partisans. Le nom d’agresseur ou de terroriste n’a plus le sens qu’on lui donnait jadis. Il ne suscite plus la terreur ou le blâme ; il éveille des vocations. Être appelé "agresseur" ou "terroriste", dans le Brésil d’aujourd’hui, honore le citoyen, puis que cela signifie qu’il lutte, les armes à la main, contre la monstruosité et l’abjection que représente l’actuelle dictature militaire.

Le pdf à télécharger :

Carlos Marighella - Manuel du guérilléro urbain


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2533 / 608839

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers, alternatives, politiques et réflexions  Suivre la vie du site Politiques, philosophiques et syndicales  Suivre la vie du site Marxismes   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License